Skip to Menu Skip to Search Contact Us Skip to Content

Pour cette année 2006, l'Etat malgache, en accord avec ses partenaires extérieurs, s'est fixé comme objectif d'augmenter les recettes douanières de 40 % par rapport à l'année 2005.

Selon Serge Duhamel, Expert de l'Organisation Mondiale des Douanes(OMD), il est possible d'atteindre cet objectif au vu des progrès déjà effectués dans le domaine douanier. Ces progrès devront cependant encore être renforcés, notamment à l'aide de formations adéquates et d'un encadrement plus étroit.

« Madagascar s'achemine vers une professionnalisation accrue de son administration des douanes ». Ce furent les propos avancés par Serge Duhamel en partageant son point de vue sur la douane malgache. Un long processus de modernisation a été entrepris depuis un peu plus de deux ans. A la demande du Président Marc Ravalomanana en août 2003, un diagnostic de l'administration des douanes a été effectué par des experts de l'Organisation Mondiale des douanes. Une première et courte mission a eu lieu dès le mois de septembre de la même année, essentiellement dans les bureaux de douane de Toamasina, Ivato et Antanimena. Le diagnostic complet des douanes malgaches, dressant un état des lieux sans complaisance, a été réalisé en 2004 et à été remis aux autorités en septembre de la même année. En mi-juin 2005, une nouvelle étude a abouti à l'élaboration d'un document de Stratégie pour la douane malgache 2005-2007, établi selon un processus participatif entre des cadres des services douaniers malgaches et un expert de l'OMD (Serge Duhamel). Le contenu du document de Stratégie pour la douane malagasy présente les différentes réformes à conduire dans tous les secteurs de l'administration des douanes, dans l'organisation des services, pour les personnels, pour les procédures de dédouanement, pour l'informatisation, les équipements etc.

Modernisation de l’administration

L'objectif principal de la stratégie pour les douanes malgaches est la modernisation de l'administration.   Elle a été validée et présentée officiellement le 15 juin 2005, en même temps que le nouveau Directeur Général des Douanes. Depuis cette date trois missions de suivi ont été effectuées par le même expert de l'OMD pour s'assurer de la mise en œuvre effective de la Stratégie. C'est ainsi que des innovations importantes ont été constatées, notamment l'adoption du Sydonia ++, un outil incontournable pour accélérer et simplifier le dédouanement des marchandises, mais aussi pour lutter contre la fraude, la corruption et les trafics illicites. Sydonia gérera à terme très rapproché toutes les étapes du processus de dédouanement: depuis la prise en charge des marchandises avant même leur arrivée physique sur le territoire national, puis leur sélection pour le contrôle des expéditions à haut risque jusqu'à la perception automatique des recettes.

« Avec la mise en place complète de ce système, Madagascar pourrait rattraper un retard considérable. Cependant, il faudrait encore développer un programme de formation continue pour les nouvelles technologies et la compréhension et l'appropriation des changements, ce qui est déjà prévu et programmé », a-t-il affirmé.

Nouvelles technologies-nouveaux outils

Les douanes malgaches ont par ailleurs déjà adopté le système me harmonisé de désignation des marchandises et préparent la nouvelle version de 2007, des standards techniques de l'Organisation Mondiale des Douanes qui se doivent d'être respectés ainsi que par exemple la valeur transactionnelle des marchandises. Ce faisant les douanes malgaches ne font qu'utiliser les Conventions de référence dans le monde douanier et des échanges.

Au plan national, outre l'adoption du système Sydonia ++, des efforts très conséquents ont été aussi effectués, notamment avec l'adoption du nouveau code des douanes au 1 janvier 2006 qui offre de nouvelles possibilités techniques aux opérateurs économiques et anticipe l'adhésion future de Madagascar à la Convention de Kyoto révisée de l'OMD.

« Un grand pas remarquable à venir » souligne M. Duhamel. Selon la Convention Révisée de Kyoto, tous les pays sont tenus de procéder à une simplification des procédures.
Au premier janvier 2006, un nouveau tarif des douanes a également été mis en place à Madagascar. Ce tarif simple, stable et transparent et réaliste en termes de taxation avec un taux maximum de droit de douane de 20 % était attendu depuis des années, tant par les opérateurs économiques que les partenaires extérieurs.

« Ce nouveau tarif va permettre aussi de mieux lutter contre la fraude car les importateurs seront moins intéressés par la fraude car les taux sont plus acceptables et supportables ». « Pour respecter et appliquer la sécurisation des flux de marchandises entrant et sortant de Madagascar le Gouvernement malgache a aussi adopté des outils techniques internationaux tels que le scanner et d'autres moyens techniques développés et mis à disposition par la SGS ( Société Générale de Surveillance) et  grâce prochainement à la mise en place du TradeNet, tout est possible pour Madagascar », a-t-il conclu.